"J’imagine ma mère à mes cotés, sa main sur mon épaule. Cela ne me fait plus mal. Je ne saurais dire depuis quand son souvenir m’apaise. La douleur s’en est allée sur la pointe des pieds. On s’habitue tellement à sa présence qu’on ne la remarque plus, elle devient partie intégrante de nous. Et puis, un jour, on se rend compte qu’elle a disparu, cédant sa place à quelques cicatrices et tous les bons souvenirs."

20

Anne, mère de 37 ans divorcée, a du mal à boucler les fins de mois. Malgrè son travail de serveuse, elle ne parvient pas à régler les factures... En plus de ces problèmes, il y a ses deux filles Chloé 17 ans et Lily 12 ans. L'aînée est en pleine crise d'adolescence, en perpétuelle recherche de reconnaissance et d'amour. Sa cadette est obligée d'affronter des moments difficiles dans son collège. Quand Anne découvre tout ça, elle décidé de tout plaquer, de partir avec ses deux filles loin... Le plus loin possible, pour se retrouver avec ses deux filles, recréer ce lien mère/fille.

 

J'ai beaucoup aimé ce roman. L'aternance des ponts de vue des trois personnages principaux m'a permis de les apprécier chacune pour ce qu'elle représente. L'auteur, Virginie Grimaldi, a trouvé les mots pour parler de la vie, du cheminement, de la reconstruction après la perte d'un être cher, de l'espoir d'un bonheur nouveau. J'ai été submergée par plusieurs émotions contradictoires à travers cette lecture, le rire et les larmes.

Très bonne découverte, et j'ai très envie de partir visiter la Scandinavie maintenant!

 

Sareyna