Des livres à décrire par Sarvane et Sareyna

11 avril 2019

"La Différence invisible" - Julie Dachez & Mademoiselle Caroline

"Votre différence ne fait pas partie du problème, mais de la solution. C’est un remède à notre société, malade de la normalité."

11

J'ai entendu parler de cette BD lors d'un cours sur l'autisme. Une amie me l'a passée et ce fut une agréable découverte. 

Cette BD détruit de manière humoristique tous les préjugés concernant l'autisme qui est un trouble non visible et non une MALADIE !!!!!!!! L'auteur, Julie Dachez, nous raconte par le personnage de Marguerite, sa propre histoire. A travers ses mots, on découvre le mal-être que vit Marguerite qui va devoir pousser des portes pour s'accepter comme elle est. En lisant ce livre, je me suis rendue compte à quel point notre société a tendance à mettre les gens dans des cases en fonction de critères plus stupides les uns que les autres !

 

Sareyna


01 février 2019

"Le Conte et l'apprentissage de la langue" - Anne Popet & Josépha Herman-Bredel

« On s'accorde à dire que la disjonction réel/imaginaire, ou encore, logique/magique ne s'opère que progressivement »

1

Ce livre a été écrit par une conseillère pédagogique et une inspectrice des écoles maternelle qui a ensuite été chargée de la formation des enseignants à l'IUFM (Institut Universitaire de Formation des Maîtres) qui est l'ancêtre de l'ESPE (Ecole Supérieure du Professorat et de l'Education).

Ce livre est avant tout pédagogique. Il retrace l'histoire d'un enseignement classique en école maternelle, le conte qui est avant tout une tradition orale. Ce livre nous rappelle que le conte est intemporel et universel avec une morale implicite sauf pour les contes écrits par Perrault où la morale est explicite et sert de conclusion. Pour donner une véritable culture, concernant le conte, aux enfants il est important de créer une véritable mise en réseau du conte afin d'établir des liens, des comparaisons, des observations entre les différents contes. Cela va permettre aux enfants d'échanger, de prendre de l'aise en s'exprimant, en débattant avec les autres, tout en apprenant le respect de la parole de l'autre.

Ce livre donne aussi la typologie des contes tout en les expliquant de manière simple efficace.

Les deux auteurs ont donné plusieurs exemples de séances avec des conseils, à mettre en place pour une sélection précise de contes disponibles à la fin du livre.

Sareyna

31 janvier 2019

"Un bon Petit Diable" - La Comtesse de Ségur

"Jusqu’à la fin du dîner, Mme Mac’Miche continua ses observations malveillantes et méchantes, comme c’était son habitude. Quand elle eut fini son café, elle appela Charles pour lui faire encore la lecture pendant une ou deux heures. Forcé d’obéir, il la suivit dans sa chambre, s’assit tristement et commença à lire. Au bout de dix minutes il entendit ronfler..."

31 JANVIER

Charles est sous la tutelle de sa cousine l'horrible Madame MacMiche qui le maltraite dès que bon lui semble. Seulement voilà, Madame MacMiche a peur des fées et Charles le sait bien, soutenu par sa bonne Betty, il décide d'en jouer pour éviter les méchancetés de sa cousine. Heureusement, la malice de Charles est adouci par la bonté et la douceur de son autre cousine aveugle, Juliette.

J'ai essayé de lire ce roman lorsque j'étais plus jeune et malheureusement je n'avais pas été au bout de ma lecture car je n'étais pas parvenue à rentrer dans cette lecture... Et quelques années plus tard, j'ai décidé de retenter l'expérience étant une grande fan de La Comtesse de Ségur. Mon verdict est sans appel : je suis allée au bout de ma lecture! Ce livre est plutôt drôle et met bien en opposition les bonnes et les mauvaises actions.

Sareyna

20 janvier 2019

"Il est grand temps de rallumer les étoiles" - Virginie Grimaldi

"J’imagine ma mère à mes cotés, sa main sur mon épaule. Cela ne me fait plus mal. Je ne saurais dire depuis quand son souvenir m’apaise. La douleur s’en est allée sur la pointe des pieds. On s’habitue tellement à sa présence qu’on ne la remarque plus, elle devient partie intégrante de nous. Et puis, un jour, on se rend compte qu’elle a disparu, cédant sa place à quelques cicatrices et tous les bons souvenirs."

20

Anne, mère de 37 ans divorcée, a du mal à boucler les fins de mois. Malgrè son travail de serveuse, elle ne parvient pas à régler les factures... En plus de ces problèmes, il y a ses deux filles Chloé 17 ans et Lily 12 ans. L'aînée est en pleine crise d'adolescence, en perpétuelle recherche de reconnaissance et d'amour. Sa cadette est obligée d'affronter des moments difficiles dans son collège. Quand Anne découvre tout ça, elle décidé de tout plaquer, de partir avec ses deux filles loin... Le plus loin possible, pour se retrouver avec ses deux filles, recréer ce lien mère/fille.

 

J'ai beaucoup aimé ce roman. L'aternance des ponts de vue des trois personnages principaux m'a permis de les apprécier chacune pour ce qu'elle représente. L'auteur, Virginie Grimaldi, a trouvé les mots pour parler de la vie, du cheminement, de la reconstruction après la perte d'un être cher, de l'espoir d'un bonheur nouveau. J'ai été submergée par plusieurs émotions contradictoires à travers cette lecture, le rire et les larmes.

Très bonne découverte, et j'ai très envie de partir visiter la Scandinavie maintenant!

 

Sareyna

Posté par Sarvane à 22:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 janvier 2019

"Après la pluie le beau temps" - La Comtesse de Ségur

" "...Assez, assez ; finissez vos accusations, mademoiselle. Rien ne m’ennuie comme ces querelles, que vous recommencez chaque fois que vous avez fait une sottise qui vous fait gronder."


Genevieve baissa la tête en jetant un regard de reproche à Georges ; il ne dit rien, mais il était visiblement mal à l’aise et n’osait pas regarder sa cousin

16

Genevieve, jeune orpheline recueillie par son oncle M.Dormère. Celui est aveuglé par l'amour qu'il porte pour son fils, Georges qui ne fait que des bêtises et laisse lâchement sa cousine se faire réprimander par son oncle pour une faute qu'elle n'a pas commise. Heureusement, Genevieve trouve du réconfort et du soutien auprès de ses amis Mademoiselle Primerose, le gentil Jacques, son serviteur dévoué Rame et sa bonne Pélagie.

J'ai beaucoup aimé ce roman où la justice l'emporte sur le mal. J'ai beaucoup aimé le personnage de Mademoiselle Primerose qui ne se gêne pas pour prendre parti et dire ouvertement ce qu'elle pense même si elle est très bavarde et qu'il ne faut pas tout lui confier... Et bien entendu j'ai beaucoup ri avec le personnage de Rame qui est très spontané et a le coeur sur la main.

Sareyna


12 janvier 2019

"Comment ne pas faire pitié à Noël quand on est célibataire" - Joanna Bolouri

"En plus, demain, c'est dimanche. Le jour où ma voix va parcourir les six cent soixante kilomètres qui séparent Londres des côtes écossaises, pour attendre directement l'oreille de ma mère et l'informer que j'ai commis une erreur. Il semble que non, je n'ai pas rencontré quelqu'un de bien, en définitive."

 

12

 

En voyant la couverture, j'ai tout de suite été très attirée, et quand j'ai vu le titre, j'ai craqué, je l'ai acheté.

Cette attirance a été confirmée en lisant l'histoire d'Emily écossaise de 38 ans expatriée à Londres. Elle apprécie grandement sa vie auprès de ses colocataires Alice et Toby, et surtout avec Robert. Elle s'apprête d'ailleurs à le présenter à Noël à sa famille en espérant faire taire les mauvaises paroles sur la raison de son éternel célibat. Seul nuage noir dans la vie de cette écossaise, son voisin Evan Grant bien trop bruyant!

Pourtant, cette vie rangée va être bouleversée lorqu'elle va découvrir que Robert n'est pas celui qu'elle pensait...

Ce livre m'a fait beaucoup rire. Je suis rentrée très vite dans l'histoire et je ne l'ai pour ainsi dire plus lâché. Ce livre m'a beaucoup fait pensé aux téléfilms de Noël qui passent en boucle durant les fêtes !

Sareyna

05 janvier 2019

"Orgueil et préjugés" - Jane Austen

"Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait tant mortifié le mien."

5

5 filles... Aucun garçon... Aucun héritage. Voici ces 5 demoiselles Bennet obligées de se trouver un mari assez fortuné pour subvenir à leur besoin et assurer leur descendance. 

Ce livre écrit par Jane Austen montre bien la condition féminine au XVIIIe siècle où l'on recommande aux jeunes filles d'être une image plutôt qu'un esprit pour obtenir un mari et une petite vie bien confortable. Heureusement, dans ce livre il y a le personnage d'Elizabeth qui a beaucoup d'esprits, qui préfère observer  et analyser que de juger trop rapidement. C'est une jeune fille intelligente, cultivée, pleine de répartie et qui n'est pas prête à se marier avec le premier venu sous prétexte qu'il possède de l'argent, au grand drame de sa mère Mrs. Bennet.

Et bien-sûr nous avons Darcy, mystèrieux, taiseux, réfléchi, glacial, mais tellement intelligent ! Vous l'aurez compris, si vous ne voyez en la femme qu'une image sans aucune réflexion, ne lisez pas ce livre !

 

Sareyna

 

 

04 janvier 2019

"Diloy le chemineau" - La Comtesse de Ségur

Félicie est une petite fille méprisante pour les personnes inférieures à sa classe sociale, au grand drame de sa mère, de son petit frère, de sa petite soeur et de sa bonne. Jusqu'au jour où elle va rencontrer Diloy, un homme gentil, trop bon qui fera tout pour se faire apprécier de cette jeune demoiselle.

 

4

J'ai beaucoup aimé ce livre surtout le personnage du Général, l'oncle de Félicie qui se montre rusé, très attachant et sûrement très beau. En plus, c'est un véritable plaisir de retrouver l'écriture et l'univers de la Comtesse de Ségur.

 

Sareyna

"Ma vie assassinée" - Agnès Ruiz

"Je refuse que la haine mène mes pas comme elle a mené les tiens. Tu as détruit vingt et un ans de ma vie... Je ne pourrai jamais l’oublier... Mais je préfère la route du bonheur... C’est mon choix.."

4

 

Gros gros coup de coeur pour ce roman ! Je le recommande à tous les lecteurs qui aiment savoir le pourquoi du comment! L'auteur, Agnès Ruiz nous tient en haleine du début à la fin avec ces allers-retours entre le présent et le passé. J'aime ce genre de roman où on pense savoir ce qui va se passer dans les prochaines pages, alors qu'en réalité on se trompe totalement...

 

Je me suis beaucoup attachée au personnage de Mady, une jeune fille de 17 ans aventureuse, innocente, maligne et spontanée. Cette demoiselle va rencontrer un charmant Québécois (entre nous j'adore l'accent des Canadiens) venu se perdre dans un village en France... Mady va connaître l'amour, les promesses, le rêve d'une vie future idéalisée et pourtant il va lui falloir beaucoup de courage et de détermination pour affronter les évènements de la vie, les trahisons, les mensonges, les coups bas... Heureusement, de vrais petits Anges Gardiens veillent sur elle...

Sareyna

Posté par Sarvane à 11:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

19 décembre 2018

Parce que la vie ne suffit pas, Nathalie Longevial

LParce que la vie ne suffit pas

 

"Je ne veux pas en perdre une miette.

Les fondamentaux c'est ce à quoi je me raccroche quand les mots se dérobent et que les phrases s'envolent"

 

Ecrivain anonyme, c'est écrire sans être lu, c'est rêver d'un best-seller auquel on ne croit pas. En tous cas, de moins en moins quand on se rapproche de plus en plus d'un certain âge. Marie, envahie par les doutes et les désillusions, décide de tourner définitivement la page de l'écriture pour se consacrer exclusivement à sa vraie vie et aux gens qu'elle aime. Mais Vincent lui fait un cadeau d'anniversaire, un an à l'avance pour ses cinquante ans, qui pourrait remettre l'écriture au centre de son existence : un séjour dans une résidence d'écrivains.

Ecrivain anonyme, c'est travailler autrement car le travail de sa plume ne nourrit pas ; c'est avoir un conjoint, des enfants, des amis, des collègues et manquer de temps pour l'essentiel : écrire. Un roman se construit lentement, sur un ou deux ans, si d'ici là, l'écrivain anonyme n'a pas renoncer. Car écrivain anonyme, c'est culpabiliser d'éprouver une passion chronophage, pour un résultat nul aux yeux des autres, quand ce n'est pas aux siens.

"Et la culpabilité qui me rongeait, parce que j'avais tout ce que j'avais souhaité,

sans être devenue celle que je rêvais d'être. J'avais laissé passer ma chance, il était trop tard :

on ne changeait pas de vie à cinquante ans"

 

Ainsi va Marie, cahin-cahan, jusqu'au jour de son non-anniversaire, soit ses cinquante ans fêtés un an en avance. Elle se voit offrir, par son mari, une invitation à la Résidence des auteurs anonymes. Pour Marie l'incertaine, celle qui doute, réfute, dénie, ce cadeau s'avère empoisonné. Ira-t-elle se confronter au talent des autres écrivains conviés ? Réussira-t-elle à écrire enfin un roman en totalité ? Marie va-t-elle enfin devenir l'écrivain de ses rêves ? Sous l'égide de Jacques, mystérieux « écrivologue » et de Reine, auteur à succès, six apprentis écrivains vont apprendre à écrire. Mais auparavant, ils vont apprendre à se connaître. Ils apportent leur propre histoire, leurs doutes, leurs échecs ; leurs certitudes et leurs fanfaronnades parfois. La Résidence des auteurs anonymes gère un groupe d'individus dissimulant tous sa dose mystère. Jacques a l'habitude de cette part d'inconnue qui amène son lot de surprises lors de ces rencontres littéraires mais ce coup-ci, il se sent en danger. Ces résidants sont-ils vraiment là pour parler d'écriture ?

Ce roman est intéressant car il fait entrer le lecteur dans l'univers fermé des résidences d'écrivains. Devenu petite souris, le lecteur écoute les conversations des auteurs à propos de l'écriture et de son pire ennemi, la page blanche ; sur les romans depuis leur construction jusqu'à leur parution ou leur destruction ; les prix attribués, les critiques assassines qui amènent à la renonciation d'écrire ou à un mal-être constant.

Quelle dégustation que toutes ces pages ! Nathalie Longevial est un auteur de talent, joignant à son thème sur un univers littéraire, des énigmes accrocheuses quasiment hypnotiques. Si vous aimez les mots et le monde de la création, vous ne décrocherez pas, ce livre est un réel bonheur.

Posté par Sarvane à 12:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,