Des livres à décrire par Sarvane et Sareyna !!

Si vous aimez lire, si vous cherchez une lecture, pour vous ou l'un de vos proches, de 7 à 77 ans, alors cet endroit est pour vous.

21 mai 2015

Marion 13 ans pour toujours

 

marion

 

 

Marion s'est donnée la mort à l'âge de 13 ans, à cause du harcèlement scolaire.

Comment une enfant peut-elle arriver à un tel acte ? Pourquoi s'infliger tant de violence ? Qui sont les coupables ? Le système scolaire ? Ses camarades ? Ou bien peut-être les deux ?

Aujourd'hui, c'est un phénomène qui touche beaucoup d'élèves en France et qui est vécu comme une honte. Beaucoup de jeunes refusent d'en parler de peur de décevoir leurs proches, de peur de passer pour celui qui balance.

Nora Fraisse nous prouve par son témoignage, l'importance de briser le silence, pour que des enfants victimes de harcèlement cessent de voir en la mort un dernier espoir, un dernier appel à l'aide, leur seul et ultime échappatoire.

Ayant moi-même était la victime de bourreaux durant l'époque du collège, l'histoire de Marion m'a profondément bouleversée. C'est donc avec beaucoup  d'émotion que je recommande la lecture de ce livre, afin que plus jamais un enfant ne mette fin à sa vie.

Posté par Sarvane à 17:33 - Témoignages - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 mars 2015

10 MARS 2015 - TOP 5

1/ Le singe de Buffon de Laure Bazire et Flore Talamon

2/ La machine infernale de Jean Cocteau

3/ L'éventail de Séville de Paul-Jacques Bonzon

4/ Les Sonnets-Hamlet-Macbeth de Shakespeare

5/ Recto la vie c'est nickel Crohn de Jean-Michel Hédreux

Reprise du TOP 5 cette année. Même après une longue période de silence, je constate que ce blog reçoit toujours des visiteurs et je vous en remercie.

Pour ce premier hit-parade littéraire de 2015, la littérature jeunesse se voit honorée avec l'excellent livre des dames Bazire et Talamon. Ensuite c'est la réécriture de l'Oedipe-Roi de Sophocle par Cocteau qui rallie tous vos suffrages. Bien après, les ouvrages de P.J. Bonzon, Shakespeare et J.M. Hédreux se partagent les trois dernières places - mais non les moindres - du podium.  

Si vous ne les avez pas (tous) lus, je vous les conseille. Hormis le fait qu'ils accèdent au TOP 5 ce mois-ci, ils n'ont rien à voir ensemble mais chacun d'eux saura vous plaire, je n'en doute pas.

Au mois d'Avril !

22 septembre 2014

LES SONNETS - HAMLET – MACBETH

Mac Beth

Auteur : William Shakespeare (1564-1616), poète, écrivain et dramaturge anglais

Genre : Tragédie

Repérage historique et culturel :

* Destruction du premier véritable théâtre de Londres The Theatre. Une nouvelle salle de spectacle, baptisée Théâtre du Globe est construite avec les restes de l'ancien théâtre

Résumé :

Les Sonnets : recueil de sonnets abordant des thèmes tel l'amour, le beau, la politique et la brièveté de la vie. Ils ont probablement été composés sur plusieurs années. Les 154 poèmes figurent dans l'édition de 1609 intitulée SHAKE-SPEARES SONNETS ; ce recueil comporte 152 sonnets inédits et deux sonnets publiés en 1599 (n° 138 et 144) dans une anthologie intitulée The passionate Pilgrim.

Hamlet : Le roi du Danemark, père d'Hamlet, est mort récemment. Son frère Claudius l'a remplacé comme roi et, moins de deux mois après, a épousé Gertrude, la veuve de son frère. Le spectre du roi apparaît alors et révèle à son fils qu'il a été assassiné par Claudius. Hamlet doit venger son père et pour mener son projet à bien simule la folie. Mais il semble incapable d'agir, et, devant l'étrangeté de son comportement, l'on en vient à se demander dans quelle mesure il a conservé sa raison. On met cette folie passagère sur le compte de l'amour qu'il porterait à Ophélie, fille de Polonius, chambellan et  conseiller du roi. L'étrangeté de son comportement plonge la cour dans la perplexité. Mis en cause à mots couverts par Hamlet, Claudius perçoit le danger et décide de se débarrasser de son fantasque neveu.

Macbeth : La Norvège et l'Ecosse se livrent une bataille où Macbeth, cousin du roi Duncan et chef de son armée, s'illustre par son courage, sa persévérance et sa loyauté. Revenant victorieux, Macbeth rencontre trois sorcières qui l'accueillent en lui donnant successivement trois titres différents : celui de thane de Glamis, de thane de Cawdor et de futur roi. Quant à Banquo, général et ami de Macbeth qui l'accompagne, elles lui promettent une descendance de roi. Puis, sans donner plus d'explications, elles disparaissent.

Peu de temps après, deux seigneurs envoyés par le roi Duncan viennent annoncer à Macbeth que ce dernier le nomme thane de Cawdor pour le récompenser de sa victoire. Macbeth fait part de cette rencontre à son épouse mais, dévorée par l’ambition et pressée de voir s’accomplir cette prophétie, elle le pousse à assassiner Duncan sans plus attendre. Les fils de Duncan (Malcolm et Donalbain) s'enfuient, de peur de se faire assassiner à leur tour, laissant le trône à Macbeth. C’est le début d’un cycle meurtrier où Macbeth, vivant dans la hantise de se voir dépossédé de son trône, entreprend de faire assassiner tout ceux dont il estime qu’ils pourraient le lui ravir.

 ExtraitSONNET 61
Que béni soit le jour, le mois, et l'année,
et la saison, le temps, et l'heure et le moment,
et le pays joli, le lieu, où je fus pris
par deux yeux qui m'ont lié.

Et béni soit le premier doux tourment
que j'eus à être à Amour attaché,
et l'arc, et puis les traits, dont je fus transpercé,
et bénies soient les plaies qui vont jusqu'en mon coeur...

Auteurs contemporains :

* Thomas Kyd (1558-1594) ; dramaturge anglais (Pompée le grand, pièce de théâtre)

Liens sur le net :

http://www.youtube.com/watch?v=c4GzKz7e9ik (film – vie de l’auteur)

http://www.youtube.com/watch?v=KM5zWItpSMc (film - Hamlet)

Posté par Sarvane à 13:50 - Littérature Générale et Comparée - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20 septembre 2014

DON QUICHOTTE

don quichotte

 

Genre : Roman

Repérage historique et culturel :

* En 1571,  bataille de Lépante (Grèce) où il perd l'usage de la main gauche.

* Le 26 septembre 1575, à son retour vers l'Espagne, il est capturé par les barbaresques avec son frère Rodrigo et, malgré quatre tentatives d'évasion, reste captif à Alger. En 1580, il est racheté en même temps que d'autres prisonniers espagnols et regagne son pays.

Résumé :

L’intrigue couvre les aventures d'un pauvre hidalgo (gentilhomme) de la Manche, dénommé Alonso Quichano (en espagnol : Alonso Quijano), et obsédé par les livres de chevalerie.

Ceux-ci troublent son jugement au point que Quichano se prend un beau jour pour le chevalier errant Don Quichotte, dont la mission est de parcourir l'Espagne pour combattre le mal et protéger les opprimés. Il prend la route, monté sur son vieux cheval, Rossinante, et accompagné d'un paysan naïf, Sancho Panza, trompé par ses promesses de récompense extraordinaire.

Don Quichotte passe pour un illuminé auprès de ceux qu’il rencontre. Il croit que les auberges ordinaires sont des châteaux enchantés et les filles de paysans de belles princesses. Il prend les moulins à vent pour des géants envoyés par de méchants magiciens. Il considère qu’une paysanne de son pays, Dulcinée du Toboso, qu’il ne rencontrera jamais, est l’élue de son cœur à qui il jure amour et fidélité.

Sancho Panza, son écuyer, dont la principale préoccupation est, comme son nom l’indique, de se remplir la panse, estime que son maître souffre de visions, mais il se conforme à sa conception du monde, et entreprend, avec son maître, de briser l’envoûtement dont est victime Dulcinée.

 Extrait

- Quels géants ? dit Sancho.

- Ceux que tu vois là, répondit son maître, aux longs bras et d'aucuns les ont quelquefois de deux lieues.

- Regardez, monsieur, répondit Sancho, que ceux qui paraissent là ne sont pas des géants, mais des moulins à vent et ce qui semble des bras sont les ailes, lesquelles, tournées par le vent, font mouvoir la pierre du moulin.

- Il paraît bien, répondit don Quichotte, que tu n'es pas fort versé en ce qui est des aventures : ce sont des géants, et si tu as peur, ôte-toi de là et te mets en oraison, tandis que je vais entrer avec eux en une furieuse et inégale bataille ». 

Auteurs contemporains :

* Pierre de Ronsard (1524-1585), poète, Sonnets pour Hélène (1578).

* Michel de Montaigne (1533-1592), moraliste et philosophe, Les Essais (1572)

Liens sur le net :

http://www.youtube.com/watch?v=VuIUnw1_8X0 (film 2000)

Posté par Sarvane à 23:02 - Littérature Générale et Comparée - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

06 septembre 2014

CANZONIERE

 dolce stil nuovo

 

Auteur : Francesco Pétrarca (Pétrarque, 1304-1374), poète, écrivain et homme politique florentin

Genre : recueil de 366 poèmes rédigés en Italien

Repérage historique et culturel :

* En 1302, son père avait été banni de la cité florentine par les Guelfes noirs en raison de ses liens politiques avec Dante. Le notaire et sa famille arrivèrent à Avignon, la Cité des Papes.

Résumé :

Pétrarque est passé à la postérité pour la perfection de sa poésie qui met en vers son amour pour Laure. Pour beaucoup, l'ensemble de sa gloire, l'essentiel de sa renommée, la portée de son influence, tant stylistique que linguistique, tiennent uniquement son immortel Canzoniere dans lequel il rénova la manière des écrivains du « dolce stil nuovo ».

 Extrait :

SONNET 61

Que béni soit le jour, le mois, et l'année,
et la saison, le temps, et l'heure et le moment,
et le pays joli, le lieu, où je fus pris
par deux yeux qui m'ont lié.

Et béni soit le premier doux tourment
que j'eus à être à Amour attaché,
et l'arc, et puis les traits, dont je fus transpercé,
et bénies soient les plaies qui vont jusqu'en mon coeur...

Auteurs contemporains :

* Francesco Petrarca, en français Pétrarque (1304-1374) ; poète et humaniste italien (Canzoniere, oeuvre poétique)

Liens : Wikipedia

Posté par Sarvane à 11:50 - Littérature Générale et Comparée - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

07 août 2014

LA DIVINE COMEDIE

dante-alighieri-la-divine-comedie-de-dante-illustree-par-botticelli-o-2903656428-0

Auteur : Dante Alighieri 1265-1321 (Italien né à Florence) ; poète, écrivain et homme politique florentin ;

Genre : poème épique et allégorique

Repérage historique et culturel :

* En 1300 sur la Place de la Sainte Trinité à Florence, éclate une bataille qui marquera un clivage définitif entre deux partis, les guelfes blancs et les guelfes noirs. Les Guelfes noirs, très proches du Pape Boniface VIII vont prévaloir sur les blancs, incapables de se défendre convenablement, etle Roi Charles de Valois, venu de France en appui du pape, investira Florence sans rencontrer aucune résistance.

*Dès janvier 1302, on commence à exiler les blancs (à Ravenne notamment), dont Dante Alighieri. C'est le Comte de Gabrielli de Gubbio qui règne alors sur la ville.

Résumé :

L'oeuvre raconte le voyage imaginaire du narrateur qui se retrouve brusquement plongé dans une forêt sombre. Là, il rencontre Virgile qui l'invite à pénétrer dans le monde de l'au-delà. Dante le suit et c'est par la visite de l'enfer que commence son périple, suivra le purgatoire et enfin le paradis. Il faudra à Dante toute la semaine sainte de l'année 1300 pour effectuer la totalité de ce voyage. Guidé par Virgile, il descend d'abord à travers les neuf cercles de l'enfer, gravit ensuite les sept gradins de la montagne du purgatoire jusqu'au paradis terrestre et enfin s'élève dans les neuf sphères concentriques du paradis. Virgile lui servira de guide jusqu'à la porte du paradis, mais il ne peut aller plus loin car étant né avant la venue du Christ, il n'a pas pu bénéficier du sacrifice du Messie. C'est donc Béatrice Portinari, sa muse, qui prend le relais et qui va guider Dante dans l'Empyrée. Elle lui ouvrira la porte du salut, puis St Bernard conduira le narrateur dans la Rose Céleste jusqu'à la vision suprême de Dieu.

http://www.editionsdianedeselliers.com

Extrait : Le Paradis, " La rencontre avec Dieu ".

Dans la profonde et lumineuse subsistance

De la haute Clarté, trois cercles m'apparurent,

De trois couleurs mais d'une ampleur égale ;

Comme Iris l'est d'Iris, le second paraissait 

Le reflet du premier, et le troisième un feu

Egalement exhalé des deux autres.

Pour ce que je conçois, ah ! combien la parole

Est pauvre et faible ! et ce que conçois,

Près de ce que j'ai vu, est aussi peu que rien.

Auteurs contemporains :

* Francesco Petrarca, en français Pétrarque (1304-1374) ; poète et humaniste italien (Canzoniere, oeuvre poétique)

* Giovanni Boccaccio (en français Jean Boccace, mais le plus souvent simplement Boccacio ou Boccace, 1313-1375), écrivain italien (Décaméron, recueil de nouvelles)

Liens :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Dante_Alighieri

http://www.youtube.com/watch?v=ZyQokV68moA

30 juillet 2014

NOUVEAU SOUFFLE

HAIE ROMAZY 6

Allez, nouvelle orientation pour cette année ; j'ai réalisé que je n'avais pas laissé de place aux grands classiques qui ont construit la littérature. Avant même une Europe politique, une Europe littéraire s'est tissée, de chefs-d'oeuvre en chefs-d'oeuvre. J'ai prévu des catégories inspirées de mes années universitaires, avec seulement de la Littérature Française, mais aussi de la LGC (LIttérature Générale Comparée), et autres réjouissances ;-)

Je vous laisse découvrir mes plus belles lectures intemporelles en souhaitant qu'elles vous transportent comme des milliers de lecteurs l'ont été avant nous.   

Posté par Sarvane à 08:16 - Accueil - Commentaires [0] - Permalien [#]

La machine infernale

 

_la_machine_infernale de Jean Cocteau

 

Auteur : Jean Cocteau (1889-1963) - Genre : théâtre tragi-comique. 

Repérage historique et culturel :

Pièce représentée pour la première fois au théâtre Louis-Jouvet (Comédie des Champs-Elysées) le 10 avril 1934, avec les décors et les costumes de Christian Bérard, avec Marthe Régnier (Jocaste), Jean-Pierre Aumont (Oedipe), Lucienne Bogaert (le Sphinx).

02 août 1934 : Décès du président allemand Hindenburg. Hitler prend les pleins pouvoirs.

15 octobre 1934 : Décès de Raymond Poincaré, homme politique.

10 décembre 1934 : L'Italien Luigi Pirandello devient prix Nobel de littérature pour "Six personnages en quête d'auteur".

RésuméLa machine infernale, quatre actes : seul le dernier étant une vraie réécriture du dernier acte de Oedipe mais par le biais de personnages créés par Cocteau. Chacun de ces quatre actes est introduit par La Voix qui nous décrit par avance ce que nous allons découvrir sous nos yeux. 

Précédant le premier acte, Le fantôme, La Voix résume aux spectateurs l’enfance d’Oedipe, son abandon, son adoption et jusqu’à la prophétie qu’il apprend d’un oracle avant de fuir Corinthe pour Thèbes afin d’empêcher sa réalisation (pages 33-35).

Précédant le deuxième acte, La rencontre d’Oedipe et du Sphinx, La Voix demande aux spectateurs de se projeter en arrière au moment où commençait la scène qu’ils viennent de vivre et de voir comment se déroulait, pendant ce temps-là, la rencontre entre Oedipe et le Sphinx (page 71).

Précédant le troisième acte, La nuit de noces, La Voix nous narre le mariage royal, la liesse populaire qui s’ensuivit avant que chacun rentre chez soi et que le couple ne se retrouve enfin seuls, ignorants des liens les unissant auparavant, inconscients du piège où ils tombent (page 109).

Précédant le quatrième acte, Odipe Roi, La Voix dit aux spectateurs que la scène se situe dix-sept ans après la précédente. Elle nous apprend la grande peste de Thèbes et qu’il est temps pour Oedipe, de connaître le prix de la malchance à verser aux dieux, à la hauteur des bonheurs amassés (page 141).

Acte I - l’histoire démarre comme dans Hamlet de shakespeare. Le fantôme du roi Laïus est apparu à deux soldats en faction. Il leur a demandé d’alerter sa femme Jocaste et l’oracle Tirésias, mais sans parvenir à leur dire de quel danger il voulait les prévenir. Le plus jeune des soldats a écrit à sa hiérarchie, rendant compte de cette rencontre incroyable. Si leurs supérieurs n’accordent pas crédit à cette histoire, la reine Jocaste vient les interroger en personne, suivie d’un Tirésias plutôt incrédule. Le spectre de Laïus tente d’interpeller directement son épouse ou l’oracle, mais ni eux ni les soldats cette fois-ci ne le voit. Des anachronismes apparaissent ; les militaires parlent de leurs congénères partis faire la fête en boîte de nuit, leur supérieur leur parle du service, de voie hirarchique ; ces références apportent un aspect irréaliste, intemporel, au récit, à l’image d’un mythe.

Acte II - Nous entendons une sonnerie et découvrons la Sphinx et le chacal Anubis ; La jeune fille Sphinx écoeurée de donner la mort, aspire à l’amour. Anubis lui fait observer que “nous ne sommes pas libres... Les dieux possèdent leurs dieux”, il y a une hiérarchie parmi les dieux, elle doit s’y plier et tuer avant que n’aient résonné trois sonneries ou mourir elle-même. Arrive une matrone et ses deux enfants. Anubis se cache. Inconsciente du danger, elle raconte à la jeune fille que son fils aîné de dix-neuf ans a été tué par la Sphinx, que ces trois autres fils n’y croient pas. Lorsqu’elle part, aveugle, non seulement elle rabroue son fils de sept ans (plus clairvoyant) qui lui demande si “la dame est le Sphinx” mais elle ose qualifier de “fléau” le Sphinx. Tandis que la femme part, la seconde sonnerie retentit. Oedipe arrive. Anubis se cache. La jeune fille Sphinx tombe sous le charme. Les jeunes gens conversent, la jeune fille se dévoile et donne la réponse de l’énigme à Oedipe afin de lui sauver la vie. Elle espérait s’en faire aimer mais celui-ci lui demande la dépouille du Sphinx afin de prouver à tous qu’il a terrassé le monstre et que la main de Jocaste la reine de Thèbes lui revient. Némésis s’exécute. Odipe s’en va. L’amoureuse déchue voudrait se venger mais Anubis lui apprend que déjà la vengeance est en cours, qu’Oedipe est un fléau lui aussi, qu’il a tué son père, qu’il s’en va épouser sa mère et qu’il finira par apprendre l’horreur de ses actes.

Acte III - Oedipe et son épouse Jocaste sont réunis dans leur chambre pour leur nuit de noces. Le dialogue entre eux se révèle parfois éloigné de celui entre deux époux, davantage tendre et filial, avec nombre de lapsus, surnoms ou gestes équivoques. Tirésias aura une entrevue avec Oedipe où il tâchera de lui faire entrevoir l’horreur des liens l’unissant à la reine sans toutefois les lui avouer. Suite à cette discussion pleine de non-dits, Oedipe et Jocaste vivront une nuit cauchemardesque où leur inconscient tentera de les avertir du danger. Mais leur conscience demeurera aveugle à toute évidence. Il faudra le douloureux acte IV pour qu’enfin les époux maudits acceptent l’effroyable vérité. Un messager de Corinthe expose les faits à Oedipe, devant Tirésias et Créon, sous la fenêtre de Jocaste. Celle-ci ne le supporte pas et se suicide ; Oedipe la rejoint trop tard, il se rend aveugle et par en exil loin de Thèbes, appuyé sur l’épaule de sa fille, Antigone.

Buts de Jean Cocteau : Désacralisation de l’Antiquité (LaÎus au lieu de Laïos) : discours auquel on n’accorde qu’une attention distraite. Intemporalité d’Oedipe (clins d’oeil contemporains, le surnaturel, l’espace du visible et de l’invisible, du temps et de l’éternité). Thèses freudiennes : rapport incestueux, langage des rêves. 

Personnages :

– La Voix

– Le fantôme de Laïus

– Jeune soldat

– Soldat plus âgé

– Jocaste, femme d’Oedipe et soeur de Créon,

– Tirésias, devin aveugle,

– Anubis, à la tête de chacal, dieu d’Egypte,

– La jeune fille Sphinx, Némésis, déesse grecque de la vengeance,

– La matrone, son petit garçon et sa petite fille,

– Oedipe, le roi de Thèbes

– Créon, son beau-frère,

– Le messager de Corinthe

– Antigone

 Auteurs contemporains : Colette (1873-1954) (Le fanal bleu) ; Max Jacob (1876-1944) (Le cornet à dés) ;

Extraits du livre :

Acte I : “C’est affreux, elle me tuera” (page 51)(Jocaste maudissant l’écharpe avec laquelle elle va se pendre)

Acte II : “Obéissons. Le mystère a ses mystères. Les dieux possèdent leurs dieux. Nous avons les nôtres. Ils ont les leurs. C’est ce qui s’appelle l’infini” (page 76) (Anubis au Sphinx)

Acte III : “Non, pas cette pâte, pas cette pâte immonde...” (page 112), (rêve de Jocaste reprenant un autre rêve dont le récit a été fait à Tirésias, véritable cauchemar de viol page 52)

Acte IV : “J’ai tué celui qu’il ne fallait pas. J’ai épousé celle qu’il ne fallait pas. J’ai perpétué ce qu’il ne fallait pas. Lumière est faite” (page 151) (Oedipe après que le berger lui ait appris ses origines)

Ouvrages traitant de La machine infernale : QCM sur la pièce en 20 questions  

 

Posté par Sarvane à 07:48 - Littérature Générale et Comparée - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 juillet 2014

Oedipe-Roi

Auteur : Sophocle (495 av. J-C-406 av. J-C) (Ve siècle av. J-C)

Genre : théâtre grec classique, ironie tragique, sans doute le premier roman policier jamais écrit.

Repérage historique et culturel :

Au début du Ve siècle av. J.-C., les Grecs parviennent à repousser les troupes de l'immense Empire perse lors des guerres médiques. La bataille de Salamine (480 av. J.C.) assure l'hégémonie de la Grèce en mer Égée. La Grèce connaît alors un « âge d'or ». Certains penseurs, Parménide, Empédocle, Leucippe inaugurent de nouvelles manières d'envisager le monde. Athènes, où une démocratie s'est mise en place, occupe une place prépondérante sur les plans politique et artistique. 

Oedipe roi de Sophocle

 

Résumé :

Thèbes connaît un ensemble de drames, les récoltes gâtées, bétails décimés, femmes accouchant d’enfants morts-nés. Créon, parti interroger le Dieu Appolon, revient informer Oedipe. Le dieu veut que l’assssin du roi Laïos soit débusqué et puni. Oedipe déclare qu’il se fait un devoir de rendre justice à ce roi qu’il n’a jamais connu et de bannir son meurtrier hors de la cité. Sur les conseils de son beau-frère, il voit le devin Térésias mais refuse de le croire lorsque ce dernier l’accuse d’être l’assassin de Laïos. Jocaste lui raconte qu’à l’époque, l’unique témoin du crime, un pâtre, avait parlé de brigands et non d’un seul homme à la Phocide, à la fourche de deux grandes routes. Cette précision inquiète Oedipe, qui l’interroge plus précisément sur le moment et l’endroit, le physique de Laïos, s’il était accompagné et par qui. Pour en avoir le coeur net, Oedipe demande à sa femme de faire venir le pâtre au palais. Entretemps, un messager arrive de Corinthe pour informer Oedipe de la mort de son père. Jocaste en profite pour montrer à Oedipe que les devins ne sont pas crédibles, qu’elle-même n’y croit plus depuis qu’on lui avait prédit que Laïos mourrait de la main de son fils alors qu’il n’en fut rien. 

Cependant, le messager apprend à Oedipe qu’il l’avait trouvé nourrisson dans un champ, que Polybe et Mérope ne sont pas ses vrais parents. Devant Jocaste, il fournit des détails qui font comprendre à celle-ci que Oedipe est son propre fils qu’un berger de Laïos lui aurait laissé. Oedipe pressent que le pâtre témoin du crime de Laïos pourrait être aussi celui qui l’avait donné au messager. Jocaste, qui a compris toute l’horreur de la situation, tente de protéger son fils et son mari et de dissuader Oedipe de poursuivre son enquête et d’interroger le berger. Oedipe refuse, elle sait alors qu’il ne lui reste plus qu’à mourir, elle rejoint ses appartements. Le pâtre confirme les sombres soupçons d’Oedipe. Celui-ci part rejoindre Jocaste dans sa chambre, il la retrouve pendue. Il la pose au sol, détache les agrafes de son vêtement et se crève les yeux à maintes reprises (auto-lapidation). Enfin, il se présente au choeur (le conseil des anciens, les citoyens) et à Créon, prêt à s’en aller. Dernière requête, il demande à Créon de prendre soin de ses filles. Il demande à leur parler. Créon l’invite à rentrer au palais afin de parler de tous ces faits en famille. Il entre avec Créon et ses deux filles d’Oedipe et Jocaste, Ismène et Antigone.

Buts de Sophocle : montrer comment on fait et défait les rois (en les mythifiant comme en les destituant), se dégager des mythes pour fonder une démocratie fondée sur le droit, qui profiterait à tout citoyen. Spectacle politique.

Personnages

– Oedipe, le roi de Thèbes

– Créon, son beau-frère

– Jocaste, femme d’Oedipe et soeur de Créon,

– Tirésias, devin aveugle,

– Un messager de Corinthe,

– Le pâtre, serviteur de Laïos,

 

Auteurs contemporains : Eschyle (né en 525) (Les Perses, Les Sept contre Thèbes) et Euripide (né vers 485-480) (Médée, Les suppliantes) : Avec Sophocle, ils sont les trois grands tragiques grecs dont l'oeuvre nous est partiellement parvenue.

Extrait du livre : ... Ce fut Apollon, amis, Apolllon, Qui lança les maux que voici, les maux sur moi que voici, sur moi, ces horreurs ! Mais la propre main, et la seule qui m’a frappé, c’est bien la mienne ! Tout m’accablait : pourquoi devais-je conserver encore un regard, quand plus rien ne s’offrait à moi, où mon regard eût pu trouver la moindre joie ?...

Ouvrages traitant de Oedipe-Roi :

. Oedipe-Roi, film de Pier Pasolini (1967) (1h30)

. Production : Université Paris Diderot (30 mns)

 

Posté par Sarvane à 19:54 - Littérature Générale et Comparée - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

02 septembre 2013

Le sort en est jeté

 

LE_SORT_EN_EST_JETE_une

Pourquoi les livres de Valérie Brun séduisent-ils autant ?
 
 
De l'An 1256 à nos jours, quinze nouvelles nous ouvrant, chacune, la porte sur un univers différent et des personnages éclectiques.  

Bien avant le procès de Salem en 1692 en Nouvelle-Angleterre, à Dinan en France, Béatrice, se voit conduite sur Le bûcher, accuséee de sorcellerie pour de ténébreuses raisons d'état.
Il ne suffit pas de vivre dans un monastère pour ne pas connaître la jalousie ou la haine. Sans bruit et sous les yeux de Dieu, deux moines novices s'affrontent au lieu de s'aimer en Frères
La lutte acharnée de pirates pour maintenir leur bâteau sur les flots, en pleine tempête près de L'Ile du diable, vous surprendront.
Des Balles perdues résonneront autour de Mathilde, jeune fille embarquée malgré elle au coeur d'une révolution.
Alea jacta est lie, en un instant, Antoine Berthet à l'univers de Stendhal.
Un pauvre diable suit les actes de Démence d'un tueur en série dont l'Histoire se souviendra longtemps.
La guerre des tranchées en plus de sa cruauté, dévoilait sa bêtise quand des poilus devaient choisir entre mourir de faim et Mourir de fin.    
A travers la campagne, se multiplient les morts inexpliquées. Un enfant sent que L'autre le suit. Qui est ce loup cruel ? que veut-il ?
Un groupe de gamins se racontent des histoires à faire peur, dont Les écorcheurs. Mais l'horreur se glisse dans leur réalité.
Durant l'Occupation, La rencontre entre le Dynamo de Kiev et l'équipe de la Luftwaffe. A quoi tient l'esprit sportif ? 
Il suffit parfois d'un rien pour que notre vie change. Malgré Le coup de théâtre que ce sera.  
La bague par qui arrivent scandale et scène de ménage.
Comment le Baron parvient-il à entretenir Un coin de paradis de si belle façon ?
Si survenait L'accident, serait-on prêt à n'importe quoi pour survivre ? Et serait-ce survivre ?...
Les vieux loups de mer Bretons ne peuvent pas imaginer qu'on pêche ailleurs qu'en mer ; Le marin d'eau douce fabule !
 
Pourquoi les livres de Valérie Brun séduisent-ils autant ? Pas de grands mots, pas de grandes phrases, simplement le régal d'une écriture riche littérairement et autant de thèmes diversifiés. 

Posté par Sarvane à 15:38 - Courts Récits et Nouvelles - Commentaires [0] - Permalien [#]